© Gilles Dehaudt 2008


Une église existe à Cysoing bien avant l'arrivée des reliques du saint pape Calixte (155-222) offertes en 854 par le pape aux époux Evrard de Frioul et Gisèle. Celle-ci est la fille de Louis le Débonnaire, petite fille de Charlemagne.
Au XIIe siècle la paroisse est abritée dans l'abbaye créée à la suite de la fondation établie par Gisèle.
L'abbaye dépendait de Reims, puis de Cambrai. La paroisse du personnel laïc de l'abbaye était dans la
crypte et relevait de Cambrai tandis que la commune avait une autre église dans l'enceinte de l'abbaye qui dépendait de Tournai ...
En 1705, pour mettre fin à de gros problèmes survenus entre l'abbaye et les seigneurs de Cysoing, une nouvelle église est élevée en dehors de l'enceinte du monastère. Elle est désormais consacrée à Saint Calixte et Saint Evrard.


Extrait de la plaquette sur Cysoing - collection Architecture et Tradition - éditée par la Communauté de Communes du Pays de Pévèle
ÉGLISE Saint Calixte-Saint Evrard
Cet édifice construit sous la direction de Dominique-François Gobert, architecte à Lille, est achevé en 1709, non sans mal.
Seule la façade sur rue est architecturée, les autres faces étant jadis invisibles. Inspirée par l'art classique, cette façade n'est pas très régulière dans son dessin. La proportion est trop étirée vers le haut où se
trouve un clocher portant la date de 1707, couronné par une flèche. Les ornements de cette architecture sont soignés mais sans rapport les uns avec les autres. Le beau portail est surmonté d'un fronton courbe dont les sculptures ont été refaites en 1857 par Huidiez. Au dessus et entre des pilastres à bossages qui montent jusqu'en haut de la tour, on trouve une fenêtre en plein cintre, murée, les armoiries de Cysoing également refaites par Huidiez, un oculus et la date citée. A droite et à gauche, aux angles sont d'autres pilastres à bossages et deux niches ornées de conques sont surmontées de frontons triangulaires, vides de statues.
Gobert est dit "architecte, maistre tailleur de pierre et arpenteur juré" ; il habite à Lille, "au coin de la rue d'Angleterre face à la rue royale".
Huidiez est un sculpteur lillois dont l'oeuvre est abondante : patisserie Meerts et sculptures de la Préfecture à Lille, sculptures de l'Hôtel de Ville de Tourcoing, etc.
(Extrait de la plaquette sur Cysoing)

A l'intérieur : la nef est un magnifique exemple de l'art classique de notre région, teinté de baroque. Cinq travées scandent l'espace très harmonieux, dynamisé par l'architecture des parois. Des pilastres adossés à des contre-pilastres sont d'ordre ionique avec la volute sur l'angle, portant des morceaux d'entablement bien moulurés, avec frise bombée et modillons sous la corniche. Entre ces supports, au sol se trouve une niche plate terminée en arc segmentaire, au dessus se voit une table saillante avec crossettes et gouttes, encadrant un panneau en creux ayant actuellement un chemin de croix peint en camaïeu rouge. Une grosse moulure encadre la fenêtre en plein cintre, avec une archivolte qui s'enroule sur les côtés. Sur les pilastres repose la voûte en briques enduites, formant une suite de coupoles sur pendentifs. Invisible au visiteur, une charpente
remarquable, en chêne, surmonte cette nef. Le choeur primitif est démoli en 1827 et remplacé par une architecture néoclassique due à Verly, dont le style contraste fortement avec la nef conservée. Cet agrandissement allonge et élargit de façon notable l'édifice. Ce nouveau choeur est endommagé par une tempête en 1876 et sera repris par Meurillon qui reprend
l'architecture de Gobert sur le plan de Verly, c'est ce qui se voit aujourd'hui. Mais le décor est en plâtre ainsi que les voûtes.
Malgré le soin apporté à cette réfection achevée en 1881, il en résulte une assez fâcheuse disproportion entre la nef et la partie agrandie.
 
Verly, architecte Lillois, est un des adeptes les plus élégants du style néoclassique de la fin du XVIIIe et des débuts du XIXe siècles.
Meurillon, architecte lillois, est l’auteur de nombreux hôtels particuliers élevés dans le style éclectique du temps.
L'église possède un bel autel majeur, en partie du XVIIIe siècle. De part et d'autre, on verra les chasses contenant les reliques de saint Calixte et de saint Evrard, exécutées en 1935 par les Ateliers Saint-Eloi à Roubaix avec des sculptures de Fernand et Madeleine Weerts.

La commune de Cysoing aidée par le Conseil Général et avec le label de la Fondation du Patrimoine a entrepris la restauration des vitraux de l'église ...
le 24 mai 2012 on découvre les deux premiers vitraux rénovés ...
Ci-dessous l'article de La Voix du Nord :


Le 15 février 2014 tous les vitraux sont restaurés. Avec un rayon de soleil c'est magnifique !
Découvrez le résultat !...

Et le 8 novembre 2014 c'est l'inauguration ...

Merci à l'entreprise Brouard et à la commune qui ont su mener à bien ce projet !



A quelques pas du presbytère et de l'Espace Mère Teresa (construit en 2003) la paroisse dispose d'une maison construite en 1923 (où logeait l'abbé Delesalle décédé en juillet 2011)...

La maison "du 104" avait grand besoin de rénovation et d’une mise aux normes.
C'est une restauration complète qui a été réalisée ...

en juin 2012 tout est prêt au rez-de-chaussée ...










 











 

 

fin 2011, l'appartement créé à l'étage est pratiquement terminé :
 
 










et au rez-de-chaussée le séjour a pris un nouvel aspect ...



Les travaux avaient commencé en juin 2011 ...

 
 
 
 
 

Entreprises et bénévoles ont fait le maximum pour obtenir un beau résultat ...