© Gilles Dehaudt 2008


Géographiquement Camphin est en Mélantois, au sol calcaire et plat. Mais historiquement la commune est incluse dans le territoire de la Pévèle. C’était une partie du domaine impérial carolingien qui a échu en dot à la petite fille de Charlemagne, Gisèle, qui a épousé Evrard de Frioul, et dont les terres comprenaient aussi Gruson, Bouvines, Annappes et Cysoing où ils ont fondé ce qui deviendra une abbaye de chanoines réguliers de Saint Augustin qui possède la paroisse de Camphin jusqu’à la Révolution.


Extrait de la plaquette sur Camphin - collection Architecture et Tradition - éditée par la Communauté de Communes du Pays de Pévèle
EGLISE Saint Amand de Camphin
L’église se compose d’une grande nef rectangulaire suivie d’un choeur à chevet à trois pans. Les colonnes de gauche sont du XVe siècle et sont les seuls vestiges de la chapelle saint Amand. Celles de droite sont de l’extrême fin du XVIIIe siècle et sont uniques en leur genre. Si le sculpteur a voulu quand même rappeler les crochets qui caractérisent les chapiteaux tournaisiens, il l’a fait de façon maladroite. Par contre, il a agrémenté la corbeille de petites fleurs au naturel exceptionnelles pour ce genre d’élément architectural... Il faut scruter les tambours de ces colonnes pour y découvrir les lettres en capitales romaines qui ont servi à les empiler... L’originalité des nefs réside encore dans l’usage de plafonds moulurés pour couvrir l’espace. Celui du choeur suit un profil trapézoïdal orné de moulures et de panneaux qui scandent aussi les murs.
(Extrait de la plaquette sur Camphin-en-Pévèle)

De l’ancienne église proviennent deux belles dalles funéraires, l’une du XIVe siècle, l’autre de 1517. Elles sont au sol de la chapelle sud du clocher. Le mobilier est beau dans sa simplicité, l’autel étant plus baroque en ses formes. Un très beau Christ en croix se trouve sur le pan axial du choeur ; il provient de l’ancien cimetière et date du XVIIe siècle. On verra aussi dans l’église un chemin de croix peint (XVIIIe siècle ?) et une grande toile représentant Jésus enseignant les enfants. Cette oeuvre s’apparente aux toiles peintes par Bernard-Joseph Wamps (Lille 1689-1750) et pourrait provenir de l’abbaye de Cysoing.
(Extrait de la plaquette sur Camphin-en-Pévèle)


  Vous pouvez télécharger

En 2010-2011 ...


Créée par l’abbé Robert Vervacke, l’association Camphin en Pévèle - Saint Amand avait décidé en 2009 de financer les travaux de remise en état des peintures de l’église. C’est un professionnel passionné par la décoration des églises qui a été retenu. La Commission d’Art Sacré du diocèse a donné ses conseils et la conservatrice départementale les autorisations nécessaires. Ainsi en novembre 2010 débutaient les travaux intérieurs complémentaires au ravalement extérieur réalisé par la mairie, propriétaire du bâtiment.
Pour l’association, un nouveau bureau a été élu en 2010 et les membres se sont décidés à donner du punch à cette association. Et… d’autres projets culturels et artistiques sont envisagés à l’avenir.
Toutes les bonnes volontés et les idées sont d’ores et déjà les bienvenues !
Jean Grave, président, Marcel Delannoy, 1er vice président, Jean-Louis Thieffry, 2ème vice président, Louise Bourgeois et Céline Farinaro Bouhelier, secrétaires, Marie-France Blyau trésorière.

















Merci à l'association Saint-Amand !


C'était le 15 novembre 2009 ...













La chorale et l'Orchestre Régional du Pévèle Mélantois ont brillamment honoré Sainte Cécile !...